Michel Cymes nous explique pourquoi arrêter de fumer est mauvais pour votre santé

Ce matin, Michel Cymes s’emploie à démonter les arguments favoris de ceux qui veulent continuer à fumer.

 

C’est une autre manière d’aborder les choses parce que le fumeur, je le connais ! Il est retors. Il trouve toujours une bonne raison pour différer ou éluder la seule bonne décision qui soit : celle d’en finir avec le tabac.

Les mauvaises excuses récurrentes, il y en a quatre, avec en tête celle qui consiste à dire : « Si j’arrête demain, je n’en verrai les bénéfices que dans plusieurs années et j’ai du mal à me projeter ».

 

1. Je ne verrai pas les bénéfices avant longtemps

Je vais vous le dire, vous le redire et vous le démontrer… Tout cela est faux. Quand vous fumez, cela augmente votre pression artérielle et votre rythme cardiaque. Donc si vous arrêtez de fumer, concluez vous-même : la pression artérielle redevient normale et votre rythme cardiaque raisonnable.

De même, vous réduisez le risque de formation de caillots de sang qui pourraient boucher vos vaisseaux sanguins. Donc encore une fois, le bénéfice est immédiat. Et ce, quel que soit votre âge.

 

2. Je suis trop vieux pour m’arrêter

 

Parce que l’une des objections qui revient souvent dans le discours des fumeurs en manque de motivation, c’est la suivante : « Je suis trop vieux pour arrêter, ça fait de années que ça dure, c’est trop tard… ».

Il n’est jamais trop tard. Non. Jamais. Si vous arrêtez maintenant, dans 1 an, le risque de faire un AVC lié au tabac sera résiduel et celui de faire un infarctus aura diminué de moitié.

Par ailleurs, vous allez quasi instantanément sentir que vous retrouvez votre souffle. Sans parler des mille et un petits bobos (sinusite, maux de gorge infections diverses auxquels vous êtes sans doute abonnés depuis que vous fumez) dont vous serez débarrassés.

3. Je vais ralentir

Arrêter UN PEU. Je n’irai pas jusqu’à vous dire que fumer un paquet par jour c’est comme fumer 2 cigarettes par jour mais ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que la première cigarette est dangereuse. Et elle l’est d’autant plus qu’elle donne envie de la seconde, qui donne envie de la troisième et ainsi de suite.

Quand on arrête, on arrête ! Toutes les études faites sur le sujet montrent que même ceux qu’on appelle les « petits » fumeurs s’exposent à un risque cardio-vasculaire.

4. Je suis encore jeune

Là, je m’adresse aux plus jeunes. Beaucoup se sentent costauds, du fait, précisément, de leur jeunesse. Ils se disent que pour l’instant, ils ne risquent rien, qu’ils ont le temps d’arrêter.

A ceux-là, je donne un chiffre à méditer : quand on se penche sur les moins de 45 ans qui font un infarctus, dans 80% des cas, on est en présence d’un fumeur. Le danger n’a que faire de la jeunesse. En revanche, la jeunesse est un atout quand on veut arrêter. Si vous avez moins de 30 ans et que vous arrêtez, le risque cardio-vasculaire disparaît quasi-complètement.

Le mois de janvier n’est pas terminé. On dit souvent que c’est celui des bonnes résolutions. Si vous n’en avez qu’une à prendre, je le répète, c’est celle d’en finir avec la clope.

 

Commentez l'article via votre compte Facebook
Aller à la barre d’outils