Lubrizol porte plainte et affirme que l’origine du feu serait « extérieure au site »

 

 

D’après l’entreprise Lubrizol, l’incendie aurait démarré à l’extérieur de son site de Rouen avant de pénétrer et de se propager à l’intérieur. La société a porté plainte.

 

 

Le groupe Lubrizol a porté plainte pour « destruction involontaire » après l’incendie de son usine chimique à Rouen, et affirmé lundi que l’origine du feu serait « extérieure » au site. La plainte, déposée samedi, vise la « destruction involontaire par explosion ou incendie par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence », a précisé le procureur de la République de Rouen Pascal Prache à l’AFP.

Edouard Philippe a annoncé qu’il se rendait lundi en début de soirée sur le site de l’usine. Le Premier ministre est attendu sur place aux alentours de 19H30.

« La vidéosurveillance et des témoins oculaires indiquent que le feu a tout d’abord été observé et signalé à l’extérieur du site de Lubrizol Rouen, ce qui suggère que l’origine du feu est extérieure à Lubrizol et que le feu s’est malheureusement propagé sur notre site », a déclaré le groupe lundi dans un communiqué sur son site internet. « Nous continuons de soutenir les forces de l’ordre pour les besoins de l’enquête afin de déterminer l’origine et la cause du feu », ajoute-t-il.

Selon la société, « les premiers éléments indiquent qu’en dehors des zones d’enfutage et d’entreposage, le site de Rouen été très peu, voire pas du tout, endommagé ».

L’usine Lubrizol, en activité depuis 1954, fabrique et commercialise des additifs qui servent à enrichir les huiles, les carburants ou les peintures industriels. Elle a été classée « Seveso seuil haut » ce qui signale sa dangerosité et implique qu’elle bénéficie d’une surveillance particulière.

Commentez l'article via votre compte Facebook
Aller à la barre d’outils