Le concert de Kaaris a dégénéré en quelques minutes hier soir à Abidjan – La police a fait de usage de gaz lacrymogène pour contenir la foule

Un concert du rappeur franco-ivoirien Kaaris a dégénéré en violences après un mouvement de foule, hier soir au festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) à Abidjan (Côte-d’Ivoire).

A la quatrième chanson du rappeur habillé d’un maillot orange (identique à celui de l’équipe national de football de Côte d’Ivoire), une foule surexcitée a fait céder la barrière de sécurité en face du podium, provoquant une réaction brutale des forces de l’ordre qui les ont dispersés à coup de matraques.

Débordés, les policiers ont fait de usage de gaz lacrymogène pour contenir un groupe de jeunes surchauffés, mettant ainsi fin au passage du rappeur qui avait attiré près de 10 000 personnes.

Revenu près d’une heure après l’incident, le chanteur a exprimé sa colère à la foule et appelé au calme.

L’ancien footballeur Didier Drogba et le leader du groupe Magic system, Salif Traoré, dit A’Salfo, étaient auparavant montés sur scène pour donner un rendez-vous au public à Gagnoa (centre-ouest), ville natale de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté en janvier de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale. « Demain soir [dimanche] on est a Gagnoa ça va être très chaud, je suis pressé d’y être. J’y suis né. J’ai beaucoup d’espoir en moi que je veux partager un peu », a déclaré Kaaris.

 

Commentez l'article via votre compte Facebook
Aller à la barre d’outils